Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Ville d'Ottawa s'apprête à hausser le budget de la police d'Ottawa de 3% en 2022.
La Ville d'Ottawa s'apprête à hausser le budget de la police d'Ottawa de 3% en 2022.

Budget 2022: la police d’Ottawa s’engage à consulter «plus que jamais»

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Il semble peu probable que le budget de la police d’Ottawa soit gelé ou réduit en 2022, mais la Commission des services policiers réitère son engagement de limiter au maximum la hausse du budget accordé au service l’an prochain.

Le conseil municipal doit confirmer mercredi les orientations budgétaires de la Ville, un document qui comprend une hausse proposée de 3% du budget sur Service de police d’Ottawa.

L’automne dernier, la Commission des services policiers a toutefois adopté une motion s’engageant à geler ou réduire le budget de la police d’Ottawa l’an prochain, après que des dizaines de personnes aient signifié leur inquiétude face à des hausses constantes du financement accordé au service.

L’idée qu’une hausse de 3% du budget soit à nouveau sur la table ne plaît pas à de nombreux résidents de la capitale fédérale.

«En ouvrant cette possibilité, plusieurs vont considérer que ce processus n’est pas sincère», a lancé Laura Shantz devant la Commission mardi matin.

Le vice-président de la Commission, Sandy Smallwood, a toutefois souligné que cette orientation budgétaire ne signifie pas nécessairement que le budget du service de police augmentera de 3% en 2022.

«Nous sommes engagés à explorer toutes les options possibles afin de réduire l’augmentation du budget», a indiqué M. Smallwood mardi matin.

La hausse de 3% est sur la table, notamment en raison des obligations liées aux ententes collectives des employés de la police d’Ottawa.

Consultation en plusieurs étapes
Le chef de police d’Ottawa, Peter Sloly, a indiqué qu’après la vague de mécontentement durant l’étude du budget 2021 de son service l’automne dernier, son équipe et lui veut s’assurer de consulter le public de façon appropriée.

Le chef de police d’Ottawa, Peter Sloly

«Nous sommes en mode consultation, comme nous le sommes toujours à ce stade-ci de l’année, mais c’est nous sommes particulièrement à l’écoute cette année. Le processus est enclenché, plus que jamais», a dit M. Sloly.

Les consultations se tiendront jusqu’en octobre. Un sondage sera notamment disponible sur le site web du service de police pour obtenir l’avis du plus grand nombre de résidents d’Ottawa.

Des groupes communautaires se font entendre 

À quelques heures du Conseil municipal, plusieurs dizaines de personnes ont pris part virtuellement mardi soir à un rallye organisé par une coalition de groupes et d'organisations communautaires de la capitale qui s’oppose à la hausse proposée du financement du Service de police. 

Au départ, la manifestation devait avoir lieu en personne, devant le quartier général du Service de police d'Ottawa. Cependant, à cause de la météo maussade, le tout s'est transporté sur la page Facebook d’Horizon Ottawa, l’un des organismes organisateurs. Au total, près d’une centaine d’internautes ont répondu présents. 

«Plusieurs d’entre nous ont dit la même chose au cours de la dernière année. Nous nous sentons comme des disques brisés», a lancé Sam Hersh, d’Horizon Ottawa. «On a l'impression que le conseil municipal a eu un cas sévère d’amnésie collective. On a l’impression que ce conseil, incluant notre maire, a oublié les événements qui se sont déroulés au courant de la dernière année et demie. Ils ont oublié la réunion marathon du conseil d'administration du service de police d'Ottawa, au cours de laquelle plus de 100 délégués se sont exprimés sur le budget de la police, ou le sondage que la police a envoyé et qui a reçu plus de 7000 réponses, ou encore les protestations qui ont éclaté dans toute l'Amérique du Nord pour demander que nous agissions lorsqu'il s'agit de l'utilisation de la force par la police, ou enfin la multitude de scandales qui ont éclaboussé le service de police d'Ottawa. Mais nous savons que ce n'est pas un cas d'oubli ou de mépris innocent, mais plutôt un cas de mépris flagrant pour les résidents d'Ottawa, un conseil municipal déconnecté de la réalité.»

Les différentes organisations communautaires devraient réagir mercredi à la suite du passage de la motion devant les élus.