Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des fleurs, des bougies et des messages sont laissés à un mémorial de fortune, près du site où un homme conduisant une camionnette a frappé et tué quatre membres d’une famille musulmane à London, en Ontario. 
Des fleurs, des bougies et des messages sont laissés à un mémorial de fortune, près du site où un homme conduisant une camionnette a frappé et tué quatre membres d’une famille musulmane à London, en Ontario. 

Crime haineux à London: la Ville d'Ottawa veut déraciner problème

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L’incident survenu dimanche à London est un rappel de ce que la haine peut pousser un individu à faire et l’importance de la confronter avant qu’il ne soit trop tard, estime l’imam de l’Association musulmane de Kanata, Sikander Hashmi.

«La haine a encore une fois de plus montré son laid visage au grand jour. […] Quand nous sommes confrontés à de la haine, nous avons la responsabilité d’intervenir. Il ne faut pas rester silencieux, il faut aider ces gens à différencier la haine d’un désaccord», résume l’imam ottavien au sujet de la mort de quatre membres d’une même famille musulmane dimanche soir, à London.

«Quand nous laissons des gestes d’intimidation du quotidien passer sans intervenir, je crois que cela peut mener à de plus grands défis et à des gestes plus graves», renchérit l’agent de liaison du conseil municipal d’Ottawa pour la lutte contre le racisme, Rawlson King.

Ce dernier croit également qu’il faut s’attaquer à la source du problème. Il demande davantage de financement de la part du fédéral et du provincial pour les initiatives anti-racisme, comme le Secrétariat de la lutte contre le racisme — créé l’an dernier — et l’initiative «Ici, pour tous» menée par Centraide Est de l’Ontario.

«Nous avons mis en place un bon cadre d’intervention, mais il faut maintenant faire en sorte que ces initiatives soient couronnées de succès. La façon d’y parvenir, c’est de s’assurer que le financement est en place et que le soutien approprié est disponible», explique M. King.

Le conseiller municipal précise également qu’il souhaite voir une modernisation des lois fédérales sur les comportements haineux pour faciliter l’intervention des forces de l’ordre lorsque des gestes inappropriés sont commis.

«Il faudrait revoir le Code criminel et renforcer les lois qui encadrent les gestes haineux pour faire en sorte que les actes d’intimidation comme peindre le mot en ’N’ sur des portes de garage ne soit pas seulement considérée comme de la nuisance», croit Rawlson King.

«Ça donnerait également des recours aux gens qui sont intimidés quotidiennement dans leur propre maison, pour empêcher leurs voisins d’adopter des comportements haineux et discriminatoires à leur égard», ajoute l’élu du quartier Rideau-Rockcliffe.

Si le gouvernement fédéral doit agir, Sikander Hashmi espère qu’il déploiera les ressources nécessaires pour enquêter et faire la lumière sur l’incident de London qu’il qualifie «d’acte terroriste».

«Il faut que le gouvernement fédéral s’y attaque de la même façon qu’il le ferait pour tout autre événement de nature terroriste. Il faut que la Gendarmerie royale enquête et que le Service du renseignement soit impliqué pour identifier ce qui a motivé un tel acte violent», souligne M. Hashmi.

Réconfort

L’imam de l’Association musulmane de Kanata dit avoir reçu plusieurs messages de la part d’autres leaders religieux à Ottawa, notamment d’un ami rabbin. Il tient à les remercier d’avoir pris la peine de lui offrir leur soutien.

«Dans des journées comme celles-ci, tout peut sembler sombre et des messages comme ceux-là aident à éliminer la noirceur et ensoleiller notre journée», soutient Sikander Hashmi.

La présidente de la Commission des services policiers d’Ottawa, Diane Deans, a pour sa part diffusé une déclaration mardi matin pour exprimer son «l’horreur et la tristesse» ressentis en apprenant la nouvelle.

«Nos pensées vont aux victimes, à leurs proches, à la communauté musulmane et à toutes les personnes touchées par ce drame», lance Mme Deans.

«J’offre mes sympathies aux membres de la famille des gens tués par cet horrible crime haineux. Malheureusement, l’islamophobie existe toujours dans notre société et nous devons redoubler d’efforts pour combattre cette forme de haine et de racisme», a pour sa part indiqué le maire d’Ottawa, Jim Watson.

Une vigile en l’honneur des victimes de l’incident de London est prévue à 19h mardi sur la rue Elgin, au Monument canadien pour les droits de la personne.