Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'organisation de protection des forêts contre le feu assure que le bureau de Maniwaki maintiendra le même niveau d’emploi et qu'il pourrait même croître au cours des prochaines années.
L'organisation de protection des forêts contre le feu assure que le bureau de Maniwaki maintiendra le même niveau d’emploi et qu'il pourrait même croître au cours des prochaines années.

La SOPFEU se fait rassurante pour sa base de Maniwaki

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Plusieurs intervenants en Haute-Gatineau dénoncent la perte du poste de directeur régional de la SOPFEU à Maniwaki au profit de Val-d’Or, mais l’organisation de protection des forêts contre le feu assure que le bureau de Maniwaki maintiendra le même niveau d’emploi et qu'il pourrait même croître au cours des prochaines années.

Lors d’une conférence de presse jeudi qui a suivi un événement de mobilisation, la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, a précisé que les gens de la région sont prêts à se battre pour conserver leurs acquis. Elle demande que le président du conseil d’administration de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), Pierre Cormier, et le c.a. reviennent sur leur décision jusqu’à ce qu’il y ait une analyse complète de la situation avec consultation avec le milieu.

«Il est également important aux yeux de la Vallée-de-la-Gatineau, de l’Outaouais et des Laurentides d’avoir un représentant sur le c.a. de la SOPFEU. Personne ne nous représente sur le c.a.», a lancé Mme Lamarche. «La direction et les décisions doivent rester dans notre région», a-t-elle ajouté.

Union

Le coordonnateur à la prévention et aux communications de la SOPFEU, Stéphane Caron, a tenu à spécifier que les territoires de Maniwaki et de Val-d’Or seront unis, et qu’aucune personne ne déménagera dans cette réorganisation administrative, qui touche d’ailleurs les deux autres régions de la province.


« Il y a des cadres supérieurs qui étaient à Maniwaki et qui vont demeurer à Maniwaki. Ils seront dorénavant des cadres supérieurs de la direction régionale de l’ouest. Il y a des cadres supérieurs qui sont à Val-d’Or. On ne leur demande pas de déménager. Ils seront cependant au sein d’une même direction régionale qui sera la direction régionale de l’Ouest. »
Stéphane Caron, SOPFEU

«L’engagement de la SOPFEU est qu’il n’y a aucune mise à pied qui va générer de cette révision-là. Et, dans les prochaines années, on va maintenir le même niveau d’emplois à Maniwaki», a-t-il ajouté, tout en précisant qu’un cadre à Maniwaki a été appelé en entrevue pour le poste de directeur régional de l’Ouest, mais que les deux parties n’ont pu s’entendre.

10 nouveaux emplois

Dans les cinq dernières années à Maniwaki, la SOPFEU a créé 10 nouveaux emplois, a indiqué M. Caron, et d’autres seraient à venir au cours des prochaines années. 

«La SOPFEU n’est pas un organisme en décroissance, au contraire. On ne fait pas cet exercice pour générer des économies, on fait ça pour se développer avec la mise en place de cette nouvelle direction régionale. Et, ce sera pareil dans les deux autres secteurs», a continué M. Caron.

Inquiétudes

Néanmoins, des inquiétudes persistent. La mairesse de Maniwaki, Francine Fortin, a indiqué que la région de la Vallée-de-la-Gatineau «ne doit plus être sacrifiée au profit des autres régions».

«Il est important pour la Ville de Maniwaki et l’ensemble de la Vallée-de-la-Gatineau de garder les emplois de la SOPFEU ici chez nous. Nous avons l’expérience, l’expertise. Nous pourrions profiter de cet atout au lieu de la faire disparaître», a mentionné Mme Fortin.