Le Droit Franco
Je m’abonne
Contenu commandité
L'art se déconfine en Ontario
Arts
L'art se déconfine en Ontario
Musées, salles de concert, théâtres et cinémas peuvent désormais accueillir le public, malgré quelques restrictions sanitaires, dont la réduction de leur capacité d’accueil (de moitié à l’intérieur et à 75 % en extérieur). Idem pour les aquariums, zoos et jardins botaniques, les casinos et salles de bingo, les parcs d’attractions, foires et expositions rurales et, bien sûr, les festivals. Petit tour d’horizon de ce qu’il est possible de faire dès cette semaine, parmi l’offre culturelle à Ottawa.
Partager
Les musées nationaux invitent

Arts

Les musées nationaux invitent

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les musées bénéficiant généralement d’édifices spacieux, il était logique que tous emboîtent le pas du déconfinement aussitôt que le gouvernement Ford leur en donnait l’autorisation.

Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), qui avait hâte de faire découvrir sa nouvelle exposition – la très attendue Rembrandt à Amsterdam, fin prête depuis des semaines – a été le premier musée à indiquer qu’il rouvrirait ses portes le 16 juillet.

Rembrandt à Amsterdam. Créativité et concurrence se distingue en ce qu’elle cherche à jeter un regard « contemporain » sur la peinture flamande en général et les toiles du grand maître en particulier, mais aussi sur le « contexte colonial » de l’époque qu’observe l’exposition. On y présente des œuvres d’art contemporain signées par des artistes autochtones et noirs, et destinées à « ouvrir un dialogue » avec la période en question.

En marge de Rembrandt, le MBAC propose deux sculptures monumentales (Symphonie de Tau Lewis et Capsule de Rashid Johnson – deux artistes noirs)  ainsi que l’exposition Le cosmos des collectionneurs, mettant en valeur la collection d’estampes Meakins-McClaran.

Précisons que l’entrée du MBAC est gratuite pour les Autochtones (Inuits, Métis et Premières Nations) ainsi que pour tout accompagnateur d’une personne handicapée.

La nature et La guerre

Dans la foulée du MBAC, le Musée canadien de la nature (MCN) et le Musée canadien de la guerre (MCG) ont eux aussi annoncé cette semaine leur réouverture : le premier pour le 16 juillet, le second pour le lendemain.

Le MCN n’a pas de nouveauté à proposer — l’exposition Rendez-vous Hiboux, prévue en extérieur avec des rapaces vivants, devant la porte principale, n’ouvrira que plus tard cet été — mais les visiteurs pourront redécouvrir la faune et la flore mises en valeur en ses murs, ainsi que ses populaires dinosaures, et sonder les mystères de l’Arctique.

Le MCG renoue quant à lui avec les expositions Vies transformées – Récits de la Seconde Guerre mondiale et Libération ! Le Canada et les Pays-Bas, 1944-1945, toutes deux prolongées.

À partir du 23 juillet, on y exposera, jusqu’au 15 août, 159 spectaculaires clichés ayant retenu l’attention des jurys du World Press Photo, un concours international de photojournalisme. L’accès à l’exposition est compris en acquittant les droits d’entrée au Musée.

Ingénium

Du côté d’Ingénium – la bannière qui englobe les trois musées à vocation scientifique, on annonce la réouverture du Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada et celle du Musée des sciences et de la technologie du Canada. Le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, ouvre ses portes samedi.

Tous les visiteurs doivent réserver leurs billets à l’avance, via la billetterie en ligne d’Ingénium.

Galerie d’art d’Ottawa

La Galerie d’art d’Ottawa (GAO) accueillera ses premiers visiteurs le mercredi 21 juillet.

En sus des trois expositions déjà présentées (dont Les 100 ans du Groupe des Sept), le public pourra y apprécier une exposition de photographies, une murale et de récentes œuvres créées par divers collectifs locaux d’artistes. Il pourra aussi participer, par sa seule présence, à une « sculpture de tricot interactive », grâce à une machine conçue par les artistes Greta Grip et Lee Jones.

Les salles de spectacles toujours à l’entracte

Arts

Les salles de spectacles toujours à l’entracte

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Centre national des arts (CNA), qui a annoncé en juin qu’il ne recommencerait à accueillir le public en ses murs qu’à partir du 10 septembre, n’a pas changé son fusil d’épaule.

Il faudra aussi attendre le 19 août pour connaître le contenu de la prochaine saison du CNA, a laissé entendre le conseiller principal, Initiatives stratégiques de l’institution vouée aux arts de la scène, Carl Martin. La plus récente « annonce de la province ne change pas nos plans », a-t-il affirmé cette semaine. 

Seule chose sûre, c’est que cette saison s’ouvrira avec un concert de l’Orchestre du CNA.

L’équipe du Théâtre français a récemment laissé entrevoir « une saison vibrante, composée d’œuvres poétiques, de spectacles atypiques [et] d’expériences sensorielles » qui pourraient se déployer non seulement sur l’une des scènes du CNA, mais « peut-être même à l’extérieur ». D’ici sa réouverture, le CNA continue de proposer des spectacles, films et causeries en ligne. 

On sait aussi que la 9e édition des Zones Théâtrales se tiendra en présentiel au CNA (et parfois dans la ville, en mode déambulatoire) et en ligne, du 13 au 18 septembre, au fil de 18 œuvres.

Mais d’ici l’automne, il est tout de même possible d’aller profiter de la terrasse du CNA, tout en écoutant de la musique, grâce à un partenariat avec l’équipe qui chapeaute le Bluesfest.

Initiative amorcée l’an passé et reconduite cet été, « La table du chef au CNA » mêle plaisirs gastronomiques et mélomanes à travers une série de concerts – donnés les week-ends au milieu du canal Rideau, depuis un bateau. Les repas seront préparés par le Chef du CNA, Kenton Leier, épaulé par plusieurs chefs canadiens réputés qui se relayeront en cuisine. La deuxième saison débute le week-end des 13 et 14 août, en compagnie du Dueling Pianos. Elle se poursuivra les fins de semaine suivantes, sur les accords (mets-musique) du Jackson Miles Trio (20-21 août), de la chanteuse Renée Landry  (27-28 août), de Rebecca Noelle et The Commotions (3-4 septembre), à nouveau Dueling Pianos (10-11 septembre) puis de Celeigh Cardinal, en guise de dessert, les 17-18 septembre. (Infos : ontariosmallhalls.com)

Van Gogh

L’équipe derrière le Bluesfest est aussi productrice de l’exposition Beyond Van Gogh, qui démarrera finalement le 23 juillet. Cette exposition immersive, qui s’installe pour au moins six semaines au Pavillon Aberdeen du parc Lansdowne, se compose de plus de 300 images, toiles, détails de tableaux du grand peintre hollandais Vincent Van Gogh, projetées dans un grand espace tridimensionnel afin de provoquer une  « expérience sensorielle ». L’espace sera ouvert tous les jours, de 10 h à 23 h. (Infos : vangoghottawa.com)

La nouvelle scène

La Nouvelle Scène de l’avenue King Edward demeure fermée jusqu’à nouvel ordre, et prépare sa prochaine saison. Aucune offre de spectacle n’apparaît dans la section Programmation de son site Internet. Plusieurs de ses compagnies résidentes continuent toutefois de proposer des spectacles en ligne, de temps à autre.

Les grands écrans s'allument

Les grands écrans s'allument

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les salles de cinéma se feront un plaisir d’accueillir à nouveau le public ontarien dès vendredi, dans le respect de certaines règles sanitaires.

C’est le cas des cinq Cinéplex de la capitale, des deux complexes Landmark (à Orléans et Kanata) et des deux Ciné Starz (celui d’Orléans et celui du Centre St-Laurent), qui proposent tous le dernier film de la franchise Marvel, La veuve noire, comme produit d’appel phare, parfois dans de multiples salles.

Même l’humble Mayfair se remet de ses émotions. Dès le 16 juillet, l’antique théâtre accueillera les cinéphiles en leur proposant des films de répertoire et internationaux, dont le film français Hors Norme (sous son titre anglais, The Specials) d’Éric Tolédano et Olivier Nakache (le duo derrière Intouchables), ainsi que le vieux film d’animation Heavy Metal et Pig, mettant en vedette Nicolas Cage. (Infos: mayfairtheatre.ca)

En revanche, les deux nouveaux propriétaires du cinéma ByTowne ont préféré attendre le mois de septembre avant de procéder à la réouverture des lieux. S’ils se disent « impatients » de pouvoir accueillir en personne la clientèle du ByTowne, Andy Willick et Daniel Demois ont expliqué que les modifications qu’ils souhaitent apporter « sur le plan du stand de vente de nourriture et de la salle de projection » ne sont pas terminées, et qu’ils attendent toujours le permis d’alcool qu’ils ont sollicité auprès de la Commission de l’alcool et des jeux de l’Ontario. (Infos: bytowne.ca)