Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
<em>Sacred Land at the Chaudière Falls</em> 
<em>Sacred Land at the Chaudière Falls</em> 

Le CNA lance une série audio pour raconter la ville d'un point de vue autochtone

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Théâtre autochtone (TA) du Centre national des arts (CNA) a lancé, ce jeudi 3 juin, la série Cités autochtones, une expérience «auditive» ancrée dans la géographie du territoire canadien.

Cette aventure théâtrale offrira chaque année «un voyage intime et original au cœur de paysages urbains» en commençant, pour cette édition inaugurale, par Vancouver, Saskatoon et Ottawa-Gatineau.

La première édition du projet – cette année – regroupera quinze créations d’artistes, à découvrir sur le site Web Citésautochtones.ca. Une façon de «célébrer l’art du récit autochtone» tout en transmettant des histoires «peu connues», indique le TA.

Chaque récit évoque un fait historique, une anecdote ou un sentiment relié à un lieu particulier. Ces évocations proviennent de membres de communautés autochtones et les textes sont  interprétés par des artistes autochtones.

Cinq créations

Pour son édition inaugurale – dont le lancement concorde avec le début du Mois national de l’histoire autochtone – le TA propose cinq créations par ville.

Afin de créer et organiser les récits liés à la région d’Ottawa-Gatineau – lesquels seront accessibles à partir du 17 juin –  le TA a fait appel aux artistes locaux Brittany Johnston et Jaime Morse.

En ce qui concerne le contenu vancouverois, le Théâtre autochtone du CNA s’est associé à la Savage Society. Pour les lieux de Saskatoon (qui seront mis en ligne le 10 juin), le diffuseur a collaboré avec le Gordon Tootoosis Nikaniwin Theatre.

Des fichiers audio ainsi que des cartes géographiques virtuelles sont accessibles sur CitésAutochtones.ca. Il sera toutefois possible – du moins tant que les réglementations provinciales le permettent – de découvrir ces récits en personne, dans chacune des villes mises en scène.

<em>Sasqets at sx̌ʷéyəməł</em>

«La sagesse des anciens»

Qu'ils traitent par la bande d'amour, de perte, de guérison ou de persévérance, qu'ils mettent l'emphase sur la musique ou le conte, ces récits se veulent aussi empreints de «la sagesse des anciens, de connaissances historiques et d’expériences individuelles depuis longtemps occultées par le paysage urbain», expose le TA.

Le projet continuera de « mettre pleins feux sur les récits autochtones de tout le pays dans les prochaines années», annonce d'ores et déjà le TA.

Cités autochtones «aura un impact sur la conscience nationale en mettant en relief les récits autochtones des villes où nous vivons» et ces créations orales «révéleront les liens des Autochtones avec ces lieux», projette le directeur artistique du TA, Kevin Loring.

«Cités autochtones offre un espace de mémoire et des perspectives autochtones qui toucheront les auditoires, qu’ils soient autochtones ou non», poursuit-il en rappelant que «toutes nos villes sont érigées sur les territoires traditionnels de peuples autochtones».

<em>Passage: Who We Are and Where We Come From</em>

Ottawa-Gatineau

Narrateurs des éléments puisés dans la région d'Ottawa-Gatineau, Amanda Rheaume, Craig Commanda, Larissa Desrosiers, Emily Marie Seguin et Alanis King proposeront respectivement les capsules audionumériques I’ll Be Right By Your Side, Akikodjiwan, Found, In Honour of Her, A Love Letter to Aki et To Nozhem.

«Ce qu’on appelle aujourd’hui “région de la capitale nationale” est reconnu depuis longtemps pour sa riche histoire et ses monuments distinctifs. Mais quels récits n’ont jamais été racontés? Quel savoir demeure ancré dans les assises de ses immeubles? » interroge le TA dans la présentation du volet local du projet.

 «Voici un recueil de moments personnels et historiques qui examine, par l’entremise de la chanson, du poème et du souvenir, de profonds liens au territoire allant d’Akikodjiwan à Kijik Pikwadin en passant par la Kichizibi.»

 Des composantes audionumériques adaptées aux personnes handicapées seront développées au cours des prochains mois, précise le TA.

***

Renseignements: Citésautochtones.ca