Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le pavillon du Canada à Venise
Le pavillon du Canada à Venise

Le MBAC dévoile un don majeur pour le Pavillon du Canada à Venise

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC) a beau avoir été contraint de revoir son calendrier d'ouverture et de repousser la présentation de sa grande exposition sur Rembrandt (Rembrandt à Amsterdam. Créativité et concurrence, initialement prévue ce 28 mai), cela n'empêche pas l'institution muséale d'annoncer deux bonnes nouvelles, en cette journée.

La Fondation du MBAC se réjouit d'avoir reçu un «don majeur» – un don anonyme de 3 millions $ – destiné à assurer les «coûts d’entretien actuels et futurs» du pavillon du Canada, à Venise, en Italie. 

Ce bâtiment, qui sert de site officiel pour la participation du Canada à la Biennale d’art de Venise, est réputé pour son architecture spectaculaire. Il est même désormais «désigné comme structure patrimoniale en vertu de son importance architecturale», souligne le MBAC, qui en est propriétaire.

Don

Le musée annonce du même souffle, ce vendredi 21 mai, qu'il renomme une salle en l'honneur de son ancienne dirigeante Shirley L. Thomson.

Ce «don transformationnel» de 3 millions $ permettra aussi de commémorer «l’important legs» de Mme Thomson, qui fut la directrice générale du MBAC de 1987 à 1997. C'est d'ailleurs elle qui supervisa, il y a 33 ans, l’ouverture officielle de l’édifice du musée à son emplacement actuel du 380 promenade Sussex.

«Nous sommes profondément reconnaissants de ce don remarquable et stratégique qui assure la pérennité du pavillon canadien à Venise et la mise en valeur des artistes canadiens sur la scène internationale», a réagi la présidente de la Fondation du MBAC, Ann Bowman.

«Remarquable leadership»

Le donateur a profité de la possibilité d’attribuer un nom à ce don» pour souligner le «remarquable leadership de la défunte Shirley Thomson», précise le MBAC par voie de communiqué.

«En reconnaissance de ce don», le Musée renomme donc Salle Shirley L. Thomson sa salle d’expressionnisme abstrait. 

C'est cette salle qui abrite la célèbre toile Voix de feu, «l’une des œuvres les plus populaires du Musée». Cette monumentale toile moderniste signée Barnett Newman fut acquise sous la gouverne de Mme Thomson, souligne le MBAC, qui voit là «un hommage approprié».

Femme «visionnaire», Shirley Thomson a été directrice générale du MBAC de 1987 à 1997. Le musée lui doit l'acquisition de la célèbre toile <em>Voie de feu</em>, dont le prix avait fait l'objet d'une controverse.

«La dénomination de cette salle pour commémorer son leadership est amplement méritée », a déclaré la directrice générale du MBAC, Sasha Suda.

«Profondément respectée pour son professionnalisme, sa diplomatie, sa générosité, son humour», Shirley Thomson demeure «un exemple pour les directeurs de musées» tant pour son «audace artistique» que pour son «indéfectible défense de la liberté artistique», a-t-elle ajouté. «J’ai souvent dit que le MBAC suscitait des conversations passionnantes sur l’art grâce à son leadership, ce à quoi j’aspire également.»

Parmi les acquisitions «les plus notables» faite sous l'égide de Mme Thomson figure aussi l’œuvre No. 16 de Mark Rothko – qui, comme Voix de feu, a «suscité le débat sur le rôle du public dans le soutien de la présentation d’art moderne dans un musée national», rappelle le MBAC.

Il s’agit aussi de la toute première fois qu’un espace du Musée est nommé en l’honneur d’un ancien directeur, fait aussi valoir l'institution.

Des millions $ grâce à la Fondation

Depuis sa création, en 1997, la Fondation du MBAC a recueilli plus de 75 millions $ en contributions financières et a «favorisé» des dons d’œuvres d’art évalués à plus de 62 millions $, calcule le MBAC

Tous les deux ans, le pavillon du Canada accueille les artistes et les architectes canadiens invités à la Biennale de Venise. Il a fait l'objet d'une restauration architecturale majeure (supervisée par la Fondation) en 2018. De ces travaux, l’Office national du film du Canada avait produit le documentaire À ciel ouvert, Portrait d’un pavillon à Venise. (Le film est disponible en accès gratuit ici.)

***

Renseignements: Fondation du MBAC