Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gymnaste franco-ontarien Samuel Zakutney ne fera pas partie de la délégation canadienne cet été à Tokyo.
Le gymnaste franco-ontarien Samuel Zakutney ne fera pas partie de la délégation canadienne cet été à Tokyo.

Un été loin de Tokyo pour un gymnaste d’Ottawa

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Samuel Zakutney devra patienter trois autres années avant de réaliser son rêve olympique.

Ses minces espoirs de faire partie de la délégation canadienne cet été à Tokyo se sont envolés dans les dernières semaines. Le gymnaste franco-ontarien d’Ottawa se remet tranquillement de sa déception, lui qui est un ancien triple champion national.

Il a appris la nouvelle en mars après avoir été laissé de côté de l’alignement en vue des championnats panaméricains prévus du 4 au 13 juin à Rio, au Brésil. Ce tournoi devait servir de qualification finale pour le Canada afin d’envoyer plus d’un gymnaste à Tokyo.

Sauf que vendredi, Gymnastique Canada a décidé de se retirer de l’événement en raison de la pandémie, scellant le sort de tous ses athlètes masculins.

Seul René Cournoyer, de Repentigny, était déjà assuré de sa place en vue des Jeux.


« C’est dommage. C’est sûr que je suis pas mal déçu. Mais ça fait déjà un bout de temps maintenant que j’ai accepté que c’est pas mal fini pour moi. »
Samuel Zakutney

Fini peut-être pour 2021, mais pas pour la suite des choses.

Zakutney, 22 ans, vise maintenant les Jeux olympiques de 2024, à Paris. «Absolument», assure-t-il.

«Pour l’instant, je me concentre sur mon prochain but cette année.»

Le diplômé en Génie biomédical et en Génie mécanique à l’université Penn State rêve d’une participation aux championnats du monde prévus à l’automne au Japon. Une première sélection est prévue en mode virtuel d’ici la fin de juillet.

Samuel Zakutney travaille à la palestre du Parc olympique sur des mouvements plus complexes afin d’augmenter le degré de difficulté de ses routines.

«Une deuxième sélection devrait avoir lieu en août. On espère que ça sera en personne.»

Zakutney a une pensée pour ses coéquipiers qui devaient participer aux championnats panaméricains. «Je suis déçu pour eux.»

«Mais personne n’est vraiment surpris quand tu vois ce qui se passe en ce moment au Brésil. Ça ne va pas bien avec les nombreux cas de COVID-19.»

Zakutney va continuer à s’entraîner dans la région Montréal où il est déménagé au milieu de l’hiver. Il a terminé deuxième au concours général d’Élite Canada présenté en mode virtuel à la fin février.

Peu de temps après cette compétition, Gymnastique Canada a procédé à la sélection de son équipe en vue des championnats panaméricains. Elle n’avait toutefois dévoilé publique l’alignement.

Ce n’est pas Samuel Zakutney qui allait annoncer non plus sur les médias sociaux que son rêve olympique était terminé pour 2021. Il préférait vivre sa peine en privé dans les dernières semaines.

«L’idée de déménager ici en février, c’était pas mal pour faire l’équipe», souligne-t-il.

Ces jours-ci, le jeune homme travaille à la palestre du Parc olympique sur des mouvements plus complexes afin d’augmenter le degré de difficulté de ses routines.

Il soigne aussi une blessure au biceps droit. Plus précisément une bursite.

Ce bobo l’a empêché pendant un certain temps d’effectuer certains éléments aux anneaux et la barre fixe, deux de ses spécialités.

«Je prends maintenant des médicaments et tout commence à se régler.»