Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Sénateurs ont généralement bien travaillé cette saison et obtiennent des notes de passage, pour la plupart.
Les Sénateurs ont généralement bien travaillé cette saison et obtiennent des notes de passage, pour la plupart.

Bulletin des Sénateurs: encore loin de la coupe aux lèvres

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Contrairement aux jeunes qui ont dû s’adapter à l’enseignement en ligne dans les écoles primaires et secondaires ainsi que dans les établissements post-secondaires, les jeunes Sénateurs d’Ottawa n’ont pas à composer avec de la «fatigue Zoom», ce phénomène d’engourdissement mental observé pendant la pandémie chez ceux qui passent beaucoup de temps en visioconférence.

Les hommes de l’entraîneur-chef D.J. Smith ont eu la chance de travailler «en présentiel» – un autre de ces termes qu’on n’avait jamais entendus avant que la COVID-19 ne fasse intrusion dans nos vies – même s’ils ont dû composer avec différentes contraintes, qu’il s’agisse de tests quotidiens pour le coronavirus ou d’être confinés à leur hôtel à l’étranger. En contrepartie, ils ne se plaindront probablement pas de ne pas avoir eu à composer avec les méchants journalistes dans leur vestiaire sur une base quotidienne, alors que seulement trois joueurs par entraînement/match étaient conviés pour des points de presse virtuels.

Pour revenir à leur travail sur la glace, ils ont généralement bien travaillé et obtiennent des notes de passage, pour la plupart, dans le contexte de la reconstruction de cette équipe.

Il n’y aura pas de A+ décerné lors de cette remise de bulletin, cependant, vu que leur bonne deuxième moitié de saison ne fait pas oublier que les Sénateurs sont écartés des séries pour une quatrième saison consécutive. Et même chez ceux qui se sont distingués par de bonnes performances en 2021, il reste certes encore place à amélioration. L’équipe dans l’ensemble, incluant Smith et le DG Pierre Dorion, obtient un C. L’organisation est encore loin de ses «cinq années de succès sans parallèle».

Les A

Connor Brown: le meilleur buteur du club avec 21 buts, dont 5 en désavantage numérique (un sommet dans la LNH), il est premier de classe en 2021 à force de travail et de détermination, du début à la fin. Deuxième dans la LNH pour les rondelles soutirées, derrière Mark Stone. Il a été à son meilleur à la fin de la saison lorsque jumelé avec deux recrues, Tim Stützle et Shane Pinto.

Brady Tkachuk

Brady Tkachuk: premier compteur avec ses 36 points et joueur le plus puni du club (69 minutes au cachot), il a été deuxième dans la LNH avec ses 220 lancers et deuxième pour les mises en échec (248). S’il y a un reproche à lui faire, c’est qu’il a un taux de réussite de ses tirs (7,7 %) très bas, indice qu’il prend trop de lancers faciles à arrêter par le gardien. En jouant avec deux joueurs talentueux comme Josh Norris et Drake Batherson, lancer n’est pas toujours sa meilleure option.

Josh Norris: le centre acquis dans l’échange d’Erik Karlsson a justifié les attentes placées en lui, les excédant même en se hissant sur le premier trio et en affrontant les meilleurs centres adverses sans que son attaque (17 buts, 35 points) en souffre. À 22 ans, se débrouille déjà bien dans les cercles de mises au jeu (52,4 %).

Drake Batherson: il a excellé tout comme ses deux compagnons de trio. Difficile d’en demander plus à un ailier droit qui en était à sa première saison complète dans la LNH. Il a choisi un bon moment pour éliminer tous les doutes dans l’esprit de ses patrons, alors que son contrat d’entrée arrive à échéance.

Drake Batherson

Artem Zub: le défenseur russe arrivant de la KHL a stabilisé la deuxième paire dès qu’il a été inséré dans l’alignement, après un purgatoire de neuf matches. Il a bien fait paraître ses partenaires, d’abord Mike Reilly, puis Erik Brännström. Il est déjà passé à la caisse (contrat de deux ans pour 5 M$), une bonne chose.

Nick Paul: sa nomination pour le trophée Masterton est bien méritée alors qu’il est devenu un élément indispensable aux yeux de D.J. Smith, après avoir été soumis au ballottage trois fois et rétrogradé dans la Ligue américaine à 11 reprises.

Filip Gustavsson: son échantillon n’est pas énorme, mais le gardien suédois obtenu dans l’échange de Derick Brassard a présenté les meilleures statistiques (fiche de 5-1-2, moyenne de 2,16, taux d’efficacité de ,933) des cinq cerbères qui ont joué cette saison. Devrait être protégé au repêchage d’expansion de Seattle.

***

Les B+

Tim Stützle

Tim Stützle: le troisième choix du dernier repêchage a eu plus de hauts que de bas au cours de sa saison recrue à 19 ans. Son tour du chapeau en fin de saison augure bien pour l’avenir. On va présumer qu’il va demeurer à l’aile gauche, donnant un excellent one-two punch sur ce flanc avec Tkachuk.

Thomas Chabot: le défenseur québécois a encore été un bon quart-arrière à la ligne bleue et il continue à s’améliorer dans sa zone. Il a bien composé avec la pression de son gros contrat qui est entré en vigueur (8 M$ pour 8 ans). Seul bémol: il a mené la ligne pour les revirements avec 82, même s’il a raté sept matches.

Thomas Chabot

Nikita Zaitsev: il est bien payé pour un défenseur à caractère défensif, mais il fait quand même un travail solide en permettant à Chabot de se porter en attaque. Meneur du club avec 110 tirs bloqués.

Shane Pinto: arrivé de l’Université du North Dakota, il n’a eu besoin que de 12 matches pour devenir le centre numéro deux de l’équipe, contribuant un but et sept points en plus d’être utilisé en avantage et désavantage numérique.

Shane Pinto

Victor Mete: après son acquisition au ballottage du Canadien, le petit défenseur rapide a montré de belles habiletés à sortir la rondelle de sa zone. Un bon sixième défenseur à petit prix.

Austin Watson: avant que sa saison ne prenne fin en raison d’une fracture à une main en bloquant un tir, il s’avérait un joueur de quatrième trio parfait, apportant de l’énergie et défendant ses coéquipiers au besoin.

***

Les B

Alex Formenton: Rappelé pour les 20 derniers matches, le rapide patineur s’est déjà gagné une place en désavantage numérique. S’il finit par compter sur le quart des échappées qu’il obtient, il va finir par compter 20 buts par saison.

Anton Forsberg: acquis au ballottage au cours d’une saison rocambolesque pour lui, il s’est mérité un contrat pour être le gardien auxiliaire l’an prochain, poussant son compatriote Marcus Högberg (note: E) hors de l’organisation.

***

Les C

Colin White: il est un jeune vétéran maintenant et il doit répondre aux attentes venant avec un lucratif contrat. Il a quand même contribué 10 buts et 18 points au fil d’une campagne où il a été amoché plus souvent qu’à son tour.

Ryan Dzingel: il a bien fait au début quand il a été rapatrié de la Caroline, mais une seule passe à ses 15 derniers matches signifie probablement qu’il ne sera pas de retour l’an prochain. Joueur autonome qui risque de se retrouver en KHL.

Erik Brännström: l’espoir acquis contre Mark Stone semble finalement avoir gagné la confiance de ses patrons lors des 30 matches qu’il a joués (2-11-13, plus-3), mais tout sera à recommencer l’automne prochain.

Josh Brown: comme plusieurs au début de la saison, il a eu des difficultés et il s’est retrouvé longtemps dans les gradins. Il a terminé la saison sur une meilleure note.

***

Les D

Matt Murray: après un début de saison désastreux qui explique en grande partie la fiche de 2-12-1 des siens après 15 matches, l’ancien des Penguins a mieux fait lors d’une courte accalmie de cinq matches entre deux blessures. Il aura fort à faire pour justifier son contrat de 6,25 M$/an pour encore trois ans, et plusieurs jeunes lui poussent dans le dos.

Matt Murray

Evgenii Dadonov: à son salaire de 5 M$, les Sénateurs s’attendaient certes à ce qu’il produise plus qu’une passe en avantage numérique. Il a quand même produit 13 buts à forces égales. On ne peut s’empêcher de penser qu’Anthony Duclair, parti le remplacer en Floride et perdu sans rien obtenir en retour, aurait pu faire tout aussi bien pour moins cher.

Artem Anisimov: le vétéran aura passé deux saisons à Ottawa depuis qu’il a été acquis contre Zack Smith et le meilleur souvenir qu’il laisse, c’est probablement la photo de lui habillé en gardien d’urgence à Vancouver le mois dernier.

***

Les E

Chris Tierney: outre Marcus Högberg, il est certes celui qui a représenté la plus grande déception cette saison. Il avait commencé l’année au centre du premier trio. Il l’a terminée dans les gradins.

***

Les incomplets

Joey Daccord, Jacob Bernard-Docker, Derek Stepan, Mike Amadio, Clark Bishop.