Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’entraîneur-chef de l’Atlético d’Ottawa, Mista, dirige une séance d’entraînement de son équipe à Madrid en attendant d’obtenir des instructions sur le début de saison de la Première ligue canadienne de soccer.
L’entraîneur-chef de l’Atlético d’Ottawa, Mista, dirige une séance d’entraînement de son équipe à Madrid en attendant d’obtenir des instructions sur le début de saison de la Première ligue canadienne de soccer.

L’Atlético n’attend que le signal de la Première ligue canadienne

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’est en côtoyant les meilleurs qu’on devient meilleur.

L’Atlético d’Ottawa voudra s’inspirer de ce dicton en 2021. Installés en Espagne où ils s’entraînent dans les installations de l’Atlético de Madrid depuis le début du mois d’avril, les joueurs de l’équipe ottavienne ont vu leurs grands frères s’installer au sommet de la pyramide de la Liga d’Espagne après une victoire de 2-1 contre le Real Valladolid samedi.

Le match a encore une fois été disputé à huis clos. Les joueurs de l’entraîneur-chef Mista n’ont donc pas pu assister à l’ascension de l’Atlético de Madrid vers son premier titre national depuis 2014, mais ils baignent dans le même environnement que la nouvelle équipe championne depuis bientôt deux mois. Le grand club a terminé sa saison régulière avec une fiche de 26 victoires, quatre défaites et huit verdicts nuls.

Chez l’Atlético, on espère que ce championnat marquera le début d’une année 2021 spectaculaire pour sa grande famille, incluant son club d’Ottawa qui n’attend que le signal de la Première ligue canadienne (CPL) pour sauter dans un avion et rentrer au pays.

«Nous sommes toujours à l’entraînement. Nous prenons du mieux chaque jour. Nous sommes impatients de commencer la compétition afin de pouvoir démontrer tout le travail qui a été accompli dans les dernières semaines ici en Espagne», a raconté le président directeur général du club, Fernando Lopez, dans une conversation avec Le Droit en fin de semaine.

Tranquillement, l’alignement 2021 de l’Atlético d’Ottawa prend forme. Vingt joueurs sont sous contrat et selon Fernando Lopez, les nouveaux joueurs se sont bien intégrés à l’équipe. Il ne reste que deux postes de joueur international à octroyer avant le lancement de la saison qui n’a pas encore de date de départ.

«Nous avons encore des surprises en réserve pour compléter nos effectifs. Les annonces devraient venir dans les prochaines semaines. Pour l’instant, nous avons hâte de rentrer au Canada pour poursuivre son élan.»

Le problème, c’est que l’Atlético ne sait pas encore où il va se diriger à son retour au pays. Passera-t-il par Ottawa pour se familiariser avec le stade de la Place TD où se rendra-t-il directement au lieu de compétition prévu? La CPL a déjà laissé entendre qu’elle planifiait un début de saison dans un lieu neutre qui reste à déterminer. Toutes ses équipes seront réunies à cet endroit pour amorcer la saison sans spectateurs d’ici la fin du mois de juin ou le début du mois de juillet.

«Nous ne connaissons pas la date précise de notre retour. Nous espérons que ce sera le plus tôt possible. Nous allons coordonner notre retour en fonction du calendrier de la CPL et du début de la saison. En tenant compte qu’en Ontario, il y a encore un ordre de rester à la maison jusqu’au moins le 2 juin, il est mieux pour nous de rester à Madrid. C’est l’endroit idéal pour poursuivre notre progression.»

L’Atlético ignore aussi les règles qu’il devra suivre à son retour au pays. Le club devra-t-il observer une quarantaine de 14 jours? De 7 jours?

«Ça va dépendre des restrictions en place dans la province où nous irons, mais comme l’endroit n’a pas encore été choisi, c’est difficile de spéculer. La situation évolue chaque jour et elle peut changer à tout moment», a conclu Fernando Lopez.