Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mason McTavish, un centre des Petes de Peterborough, a grandi à Ottawa. Sera-t-il encore disponible quand les Sénateurs feront leur choix au repêchage?
Mason McTavish, un centre des Petes de Peterborough, a grandi à Ottawa. Sera-t-il encore disponible quand les Sénateurs feront leur choix au repêchage?

L'embarras du choix pour les Sénateurs au 10e rang

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
En attendant que le Kraken de Seattle mette fin au suspense en annonçant ses sélections au repêchage d’expansion mercredi, les équipes de la LNH, incluant les Sénateurs d’Ottawa, se réunissent pour peaufiner leurs listes en vue du repêchage amateur de vendredi et samedi.

Comme en octobre dernier, cet encan aura lieu de façon virtuelle. Cette fois cependant, il est un peu plus facile pour les équipes de tenir des réunions en «présentiel», et le dépisteur chef Trent Mann est justement en ville, tout comme certains membres de son personnel, pour discuter avec ses supérieurs – à commencer par les «deux Pierre», Dorion et McGuire – de la stratégie à employer en détenant le 10e choix.

Alors que les occasions de voir les joueurs éligibles en personne ont été limitées, et qu’un important fournisseur de talent comme la Ligue de hockey de l’Ontario n’a même pas été en mesure d’opérer en raison de la pandémie de la COVID-19 (ses meilleurs joueurs se sont tournés vers l’Europe ou un petit tournoi d’exhibition), les opinions concernant le plafond des meilleurs espoirs risquent d’être encore moins précises que d’habitude à cette science bien incertaine où il faut se projeter dans l’avenir pour prédire l’impact que ces hockeyeurs s’ils atteignent le circuit Bettman.

Cela fait que les repêchages simulés concoctés par une multitude de spécialistes du repêchage amateur sont aussi plus différents que jamais.

Grand manitou du genre, Bob McKenzie, de TSN, est sorti de sa semi-retraite lundi pour publier sa liste annuelle des 100 meilleurs espoirs, concoctée à partir d’un sondage mené auprès de 10 dépisteurs d’équipes de la LNH.

S’ils ont été unanimes à déclarer le défenseur Owen Power, de l’Université du Michigan, comme espoir numéro un que les Sabres de Buffalo devraient réclamer, ils ne s’entendaient pas vraiment sur le déroulement du reste de la première ronde.

Le défenseur Owen Power

Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Voici donc une liste de joueurs qui sont classés 10e, rang où parleront les Sénateurs à moins d’un échange (on en parle à chaque repêchage, mais ça arrive rarement), sur différents repêchages fictifs.

  • Chaz Lucius, centre de l’équipe nationale américaine U18 jouant dans la USHL : un centre doué pour «la mettre dedans» avec ses 13 buts et 18 points en 12 parties la saison dernière, il est 10e au classement de Bob McKenzie. Il est revenu de blessures à un genou et d’une maladie, ce qui pourrait expliquer qu’au scrutin mené par McKenzie, il y avait une assez grande séparation entre lui et les neuf joueurs précédents (Power, Matty Beniers, Simon Edvindsson, William Eklund, Mason McTavish, Dylan Guenther, Brandt Clarke, Luke Hugues et Kent Johnson);
  • Mason McTavish, centre des Petes de Peterborough: centre qui a grandi à Ottawa et qui a joué à Olten, en Suisse, la saison dernière, McTavish sort au 10e rang au classement dressé par un autre expert de TSN, Craig Button, ancien d.g. des Flames de Calgary. Certains sites, comme Eliteprospects, le voient sortir beaucoup plus tôt (5e). La Centrale de dépistage de la LNH le considère comme le deuxième meilleur patineur disponible en Amérique du Nord;
  • Kent Johnson, centre de l’Université du Michigan: un centre (un autre) qui est très habile et peut compter des buts qui vont faire les faits saillants de la semaine. Un Canadien de la Colombie-Britannique qui est classé 10e par Eliteprospects.com ainsi que par Stéphane Leroux. de RDS, 
  • Jesper Wallstedt, gardien du Lulea HF: l’espoir numéro un chez les gardiens européens selon la Centrale de dépistage de la LNH a été placé au 10e rang par plusieurs experts. Leroux, l’autorité concernant le hockey junior au Québec, pense qu’il va être sélectionné au neuvième rang par Vancouver, juste avant que ce soit le tour d’Ottawa, mais Consolidated Rankings, Draft Prospects Hockey et Neutral Zone le voient tous sortir 10e. Si les Sénateurs perdent Joey Daccord au repêchage d’expansion, possiblement qu’ils pourraient explorer une telle option (un autre gardien, Sebastien Cossa, des Oil Kings d’Edmonton, est aussi hautement considéré), mais ils ont déjà beaucoup d’espoirs à cette position (Filip Gustavsson, Mads Søgaard, Kevin Mandolese et Leevi Meriläinen, en plus de Daccord).
  • Fabian Lysell, ailier droit, Lulea HF: coéquipier de Wallstedt, cet attaquant de 5’ 10’’ est classé 10e par McKeen’s Hockey, mais il est classé aussi haut que troisième par Dobber Prospects, qui place Power au 7e rang et Beniers au premier. Pour placer le tout dans son contexte, McKenzie l’a classé 14e, mais Button le considère comme le 30e meilleur espoir. Un exemple parmi tant d’autres des opinions divergentes qu’on retrouve au sujet des joueurs qui seront choisis vendredi.

De toute façon, la seule liste qui compte est celle des 32 équipes qui participeront à l’encan annuel, et celles-là ne sont pas disponibles sur le web. Et les Sénateurs devront s’ajuster aux sélections précédentes, évidemment.