Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Capital Seier de Rungsted célèbre son deuxième championnat consécutif dans la Metal Ligaen du Danemark.
Le Capital Seier de Rungsted célèbre son deuxième championnat consécutif dans la Metal Ligaen du Danemark.

Un Franco-Ontarien double champion compteur au Danemark

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Meilleur compteur des séries éliminatoires de la Metal Ligaen au Danemark pour une deuxième fois de suite, Charles Sarault se rapproche de son objectif d’évoluer dans la Deutsche Eishockey Liga (DEL) en Allemagne.

Auteur de 17 points en 15 matches des séries, le Franco-Ontarien natif de Fournier, dans l'Est ontarien, a mené son équipe du Capital Seier de Rungsted vers son deuxième championnat consécutif dans la première ligue du Danemark il y a un mois. Un championnat qu’il n’aurait probablement pas vécu s’il n’y avait pas eu de pandémie.

«J’étais à Rungsted quand nous avons gagné le championnat en 2019. L’année dernière, j’ai monté dans la Liiga en Finlande, mais à cause de la pandémie, il n’y a pas eu de séries. Comme il y avait plein d’incertitudes autour de la saison 2020-21 en Europe, je suis retourné à Rungsted, une place où je savais que je n’aurais pas de problèmes. Je ne pouvais pas me permettre de sauter une année. Ça ne pardonnerait pas. Je suis bien content d’être retourné au Danemark. Nous avions une équipe très forte», a raconté l’attaquant de 29 ans, maintenant installé à Embrun.

Sa prestation dans les séries lui a permis d’attirer l’attention d’une équipe d’Allemagne. Sarault s’est entendu avec les Towerstars de Ravenburg en deuxième division (DEL2) afin d’y poursuivre sa carrière.

«J’ai signé un contrat intéressant avec un club de deuxième division qui aspire au championnat afin d’accéder à la première division (DEL) l’année suivante. Mon contrat sera pour deux ans si nous terminons la saison dans le top-4 de la ligue. C’est un club à gros budget. Il a de grandes ambitions. Mon objectif sera de monter en première division avec eux», signale celui qui a inscrit 108 points à sa carrière année junior avec le Sting de Sarnia alors que ses compagnons de trio étaient Nail Yakupov et Alex Galchenyuk.

En saison régulière, Charles Sarault a inscrit 47 points en 47 matches pour percer le top-15 des compteurs de son circuit, mais c’est vraiment dans les séries qu’il a laissé sa marque en remportant un deuxième titre de champion compteur consécutif.

Sur papier, le Capital Seier n’a pas l’air d’avoir trop souffert. Après avoir gagné le championnat de la saison régulière avec un dossier de 36-11-1, il a remporté ses séries 4-0, 4-1 et 4-2. En finale, contre les Pirates d’Aalborg, un club qui rassemblait les anciennes vedettes de la LHJMQ Cody Donaghey (ancien espoir des Sénateurs d’Ottawa), Ben Duffy et Kirill Kabanov, l’équipe de Sarault avait même pris les devants 3-0 avant d’échapper deux matches de suite.

Charles Sarault évolue en Europe depuis maintenant cinq ans. Il vient de gagner un deuxième championnat au Danemark, mais sa carrière va se transporter en Allemagne en 2021-22.

«La majorité des matches ont été serrés. C’était le cas en première ronde et en demi-finale, mais c’est dans cette série que j’ai connu mes meilleurs matches. En finale, nous avons battu l’équipe qui avait tout gagné en saison régulière l’an dernier. Sans partisans dans les gradins à part les premiers matches de l’année où nous avions droit à 500 spectateurs, il fallait se créer notre propre énergie. Les leaders plus âgés du club — j’en faisais partie — ont contribué en préparant une routine d’avant-match.»

Pas de foule
Charles Sarault avoue que sans la foule, le championnat de 2021 n’a pas été aussi enivrant que celui de 2019 où l’ambiance était complètement déchaînée à Rungsted près des frontières de la Suède et de la Norvège.

«Nous avons gagné le titre sur la glace d’Aalborg et il régnait quand même une ambiance festive avec les confettis, les feux d’artifice et les grosses bouteilles de mousseux. À notre retour à la maison, 3000 partisans qui nous attendaient pour célébrer le championnat.»

Charles Sarault (à droite) et son coéquipier Tim Daly ont participé aux deux derniers championnats du Capital Seir de Rungsted. Le défenseur Daly a joué à Bolzano dans la Ligue d’Autriche dans la saison annulée par la Covid-19, mais il a signé son contrat en même temps que Sarault pour revenir au Danemark cette année. Ils ont évolué sur la même unité du jeu de puissance.

Même si la pandémie a fait des ravages partout dans le monde en 2020-21, le virus de la COVID-19 n’a à peu près pas touché l’équipe de Sarault.

«Nous étions testés toutes les semaines et deux fois par semaine durant les séries. Nous n’avons eu qu’un ou deux cas dans le club. Les joueurs ont été isolés et le virus n’a pas eu le temps de se propager. Il fallait se fier à la discipline de nos coéquipiers. L’heure n’était pas aux partys. Notre vie se passait entre l’aréna et la maison.»

Un mariage à célébrer
La pandémie a retardé le début de saison dans la DEL et la DEL2 en Allemagne en 2020-21. Elle repoussera aussi le début de la prochaine saison d’un mois en 2021-22. Ce mois de repos supplémentaire va faire du bien à cet ancien espoir des Ducks d’Anaheim.

«Ça fait longtemps que j’essaie de marier ma blonde de St-Isidore! On va finalement pouvoir le faire à la mi-août à Greely. Nous partirons pour l’Allemagne à la fin du mois d’août.»