Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Taya Currie pourrait devenir la première hockeyeuse à être sélectionnée par une équipe junior majeur en Ontario samedi.
Taya Currie pourrait devenir la première hockeyeuse à être sélectionnée par une équipe junior majeur en Ontario samedi.

Une fille repêchée dans la Ligue de l’Ontario ?

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une jeune gardienne de 16 ans pourrait marquer l’histoire du hockey junior majeur ontarien samedi. Tout semble indiquer que Taya Currie deviendra la première hockeyeuse à être sélectionnée par une équipe de la Ligue de l’Ontario (OHL).

Native de Parkhill, une petite municipalité située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de London, Taya Currie était membre de l’équipe masculine U16 des Chiefs de Elgin-Middlesex AAA la saison dernière.

Elle a toujours joué dans des ligues masculines. Malgré la pandémie, elle a trouvé le moyen d’impressionner les recruteurs des équipes de la OHL lors de matches présentés dans une « bulle » où son club a pu se mesurer aux équipes de London et Huron Perth.

À tout le moins, ses prouesses ont capté l’attention de Dylan Seca, le directeur général du Sting de Sarnia.


« Elle est très athlétique. Elle a de bonnes mains et elle se positionne très bien pour défier les tireurs. Ici, je vais dévoiler mon jeu plus qu’à l’habitude sur un espoir du repêchage, mais nous avons fait nos recherches et son bagage est fantastique. Je ne serais pas surpris si une équipe la réclamait avant le rang où nous l’avons placé »
Dylan Seca, directeur général du Sting de Sarnia

« Ça serait incroyable d’être repêchée samedi, mais attendons voir ce qui va se passer », a pour sa part indiqué celle qui fait partie de la structure masculine AAA d’Elgin-Middlesex depuis l’âge atome.

Un élément pourrait toutefois jouer contre elle : sa taille. Dans le hockey d’aujourd’hui, on considère que les gardiens sont petits lorsqu’ils ne mesurent pas six pieds. Taya fait 5’7’’.

Au Québec, Ève Gascon vient de disputer deux saisons dans la Ligue midget AAA avec le Phénix du Collège Esther-Blondin. Elle mesure aussi 5’7’’. Elle n’a pas été repêchée dans la LHJMQ. Elle a maintenant 18 ans. Cette saison, elle était membre de l’équipe masculine des Patriotes de St-Laurent dans la ligue collégiale AAA.

Un dirigeant d’une équipe de la OHL interrogé par Le Droit a confirmé que Currie avait les habiletés nécessaires pour être sélectionnée samedi, mais il s’attend à ce qu’elle emprunte le chemin des universités américaines dans la NCAA.

Currie, elle, se garde les portes ouvertes.

« J’aime compétitionner avec les garçons. Je préfère leur style de jeu à celui des filles. Leurs tirs sont plus puissants. Je pourrais aussi jouer dans l’équipe junior AA de ma sœur et faire la transition vers le hockey féminin dans le but de joindre l’équipe nationale féminine pour aller aux Jeux olympiques. Dans ce cas, je me dirigerais éventuellement dans la NCAA », a-t-elle confié à CTV London.

Shannon Szabados, première hockeyeuse à participer à un match de la Western Hockey League (WHL) en 2002 et double médaillée d’or olympique, lui a évidemment servi d’inspiration tout comme Manon Rhéaume, première fille à jouer dans la LHJMQ et même à participer à un match hors-concours de la LNH.

Qu’elle soit repêchée ou non samedi, le nom de Taya Currie sera à retenir.