Le Droit Franco
Je m’abonne
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Tim Stützle
Tim Stützle

Vingt-cinq espoirs des Sénateurs à connaître [PHOTOS]

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Un classement des 25 meilleurs joueurs qui sont âgés de moins de 25 ans des Sénateurs. Ça vous laisse une curieuse impression de déjà vu ? Si oui, c’est normal. Nous avons fait l’exercice à pareille date l’an dernier.

Ça vaut la peine de recommencer. Pour deux raisons.

D’abord, parce que les choses ont évolué. Le responsable du recrutement Trent Mann a encore bien fait, au repêchage. Après avoir utilisé ses deux premiers choix pour acquérir un futur attaquant vedette et un défenseur très prometteur, il s’est permis de prendre des chances. Il a été récompensé. Ridly Greig, Egor Sokolov et Tyler Kleven ont connu de très bonnes saisons.

Dans notre classement de l’an dernier, Rudolfs Balcers et Filip Chlapik occupaient les 15e et 16e positions. On croyait qu’ils avaient le potentiel de jouer dans la LNH.

Dans le cas de Balcers, on ne se trompait pas. Il est retourné à San Jose parce que les Sénateurs étaient incapables de lui faire une place, dans l’immédiat.

Dans le cas de Chlapik, on ne saura peut-être jamais. N’en pouvant plus d’attendre son tour, il a choisi de poursuivre sa carrière en Europe.

Notre classement demeure pertinent, aussi, parce que les Sénateurs démontrent enfin des signes encourageants.

Sur la patinoire, du moins.

Il a beaucoup été question du projet de construction du prochain amphithéâtre des Sénateurs, cette semaine, lorsque le propriétaire Eugene Melnyk a discuté avec deux podcasteurs torontois. On a négligé d’autres aspects importants de l’entrevue.

M. Melnyk a, par exemple, indiqué que son équipe ne devrait pas avoir de problèmes à respecter le plafond salarial de la LNH. Ça laisse sous-entendre que les dirigeants continueront de miser sur le développement de jeunes joueurs de talent pour remplir leur formation.

Il ne faut donc pas uniquement s’intéresser aux espoirs les plus doués. Les Sénateurs auront besoin de trouver d’autres perles cachées, au repêchage. Ils devront ensuite trouver des moyens de les faire briller.

Cette année, nous avons décidé de créer quatre grandes catégories, pour nous aider à mieux situer les jeunes joueurs, au sein de l’organigramme.

LES CINQ PILIERS

On a promis aux partisans une équipe très compétitive, capable de rivaliser avec n’importe qui, très bientôt. Cette équipe devra être construite autour de ces cinq joueurs de grand talent. Le chiffre entre parenthèses représente leur position dans notre classement de l’an dernier.

1. Tim Stützle (NC)

Même s’il a manqué de carburant, en fin de saison, il a démontré qu’il possédait les qualités requises pour devenir un joueur de concession.

2. Thomas Chabot (1)

Seulement trois joueurs ont passé plus de 26 minutes par match sur la glace, en moyenne, cette saison. Brent Burns et Drew Doughty sont les deux autres.

Thomas Chabot

3. Brady Tkachuk (2)

« Il est celui qui nous entraîne au combat, soir après soir », dit D.J. Smith. Combien d’équipes de la LNH misent sur un joueur comme lui ?

Brady Tkachuk

4. Jake Sanderson (NC)

« Une superstar en devenir », selon Pierre Dorion. Jacob Bernard-Docker, qui a été son coéquipier à l’Université du Dakota du Nord, cette saison, pense la même chose.

5. Josh Norris (4)

Il a marqué 30 buts dans la Ligue américaine en 2020 et il est devenu centre numéro un dans la LNH en 2021. Comment nous surprendra-t-il en 2022 ?

Josh Norris

LES CINQ SUIVANTS

Les vedettes sont essentielles. Cela dit, pour gagner des championnats, les équipes ont besoin d’entourer leurs piliers d’acteurs de soutien efficaces. Pour que les Sénateurs remontent vers le sommet, les cinq joueurs suivants devront briller dans des leurs rôles respectifs.

1 - Tim Stützle. Même s’il a manqué de carburant, en fin de saison, il a démontré qu’il possédait les qualités requises pour devenir un joueur de concession.

6. Drake Batherson (3)

Il est sorti de sa coquille durant la saison de 56 parties. Pourra-t-il passer au prochain niveau et atteindre le plateau des 25 buts marqués dans la prochaine saison de 82 parties ?

Drake Batherson

7. Erik Brännström (5)

Il tarde à prendre sa place. La deuxième vague du jeu de puissance n’est pas très menaçante. Elle a grand besoin de lui.

Erik Brännström

8. Jacob Bernard-Docker (8)

Il aura vraisemblablement besoin de passer une saison complète dans la Ligue américaine, pour apprendre les rudiments du métier.

Jacob Bernard-Docker

9. Shane Pinto (6)

On aurait dit la même chose à son sujet, mais sa polyvalence et sa capacité à évoluer en infériorité numérique pourraient accélérer le processus.

Shane Pinto

10. Alex Formenton (7)

Tout comme Pinto, il peut utiliser sa grande vitesse pour devenir un spécialiste du jeu à quatre contre cinq.

Alex Formenton

LE PELOTON

Les espoirs n’atteignent pas tous leur potentiel. Les chances que ces 10 joueurs évoluent un jour, ensemble, à Ottawa, sont à peu près nulles. Individuellement, ils possèdent tous des qualités à développer.

11. Filip Gustavsson (17)

Un seul revers en temps réglementaire et un taux d’efficacité de 93,3 % en neuf matches dans la LNH, ce printemps.

Filip Gustavsson

12. Joey Daccord (13)

S’il ne s’était pas blessé, Gustavsson n’aurait peut-être jamais obtenu sa chance.

Joey Daccord

13. Victor Mete (NC)

On lui offre une deuxième chance. Saura-t-il la saisir ?

Victor Mete

14. Colin White (10)

Il est capable d’évoluer dans la LNH, mais on a peut-être surévalué ses capacités.

Colin White

15. Ridly Greig (NC)

Trente-deux points en 18 matches dans la Ligue de l’Ouest, à 18 ans. Avec un différentiel de + 17.

Ridly Greig

16. Egor Sokolov (NC)

Avec leur troisième choix de deuxième ronde, l’automne dernier, les Sénateurs ont quitté les sentiers battus. Un petit pari qui pourrait rapporter gros.

Egor Sokolov

17. Mads Søgaard (23)

Sept victoires en sept matches, dans la Ligue américaine, pour ce gardien de 20 ans qui a le physique de l’emploi.

Mads Søgaard

18. Angus Crookshank (25)

Pierre Dorion lui prédit une belle carrière dans la Ligue nationale de hockey. Dans quel rôle ? Ça reste à voir.

Angus Crookshank

19. Roby Järventie (NC)

Il possède l’instinct du marqueur. Pour atteindre la LNH, il devra développer d’autres qualités.

Roby Järventie

20. Lassi Thomson (12)

Cet ancien choix de première ronde a vécu une première saison difficile en Amérique du Nord.

Lassi Thomson

LES BEAUX PROJETS

Parfois, ça vaut la peine de travailler auprès de joueurs très motivés, qui ont besoin d’un peu plus de temps pour atteindre leur apogée.

21. Parker Kelly (NC)

En disputant un seul match dans la LNH, ce printemps, il nous a démontré à quel point une petite peste peut être utile, dans le contexte d’une rivalité forte.

22. Tyler Kleven (NC)

Un défenseur de la vieille école qui cogne pour faire mal.

23. Maxence Guenette (24)

Doté d’un bon gabarit, cet élève studieux est prêt à s’investir.

24. Kevin Mandolese (18)

Il n’est pas évident de trouver sa place dans une organisation où se côtoient plusieurs jeunes gardiens.

Kevin Mandolese

25. Jonathan Aspirot (NC)

Il a pris un peu plus de place, cet hiver, à Belleville. Il contribue davantage aux succès des Senators, en territoire adverse.

Jonathan Aspirot